Les Rockers 1965-1967

L' Histoire des Rockers coïncide exactement avec la fin de celle des Turnips , car ces deux groupes on intervertis leur noms et une partie de leur personnel.
Après le Départ deJean-Claude notre bassiste et Gilbert Naud le Chanteur, Il fallu bien que je me mette à chanter à mon tour. Je m'étais déjà essayé à brailler quelques Rock and Roll de çi de là, fais quelques choeurs sur les chansons que chantait Gilbert, mais après son départ et par la force des choses , je devenais le chanteur du groupe.
Je n'eu pas à me pousser trop, fort car l'envie chanter était devenue insurmontable . Nous nous sommes tout de suite adjoint un second guitariste, le boulot de seul guitaiste du groupe me genant pour chanter à l'aise et ce fût Roger Abriol. Un guitariste (à la frime Anglaise) que nous avions remarqué sur la scène du Golf, car il était très souvent sollicité pour faire le" boeuf" avec les groupes Anglais de l'époque, tel que les Downbeats. Notre nouveau bassiste, le cousin de Gil Naud : Didier Alexandre intégré, et les répétitions commencèrent .
………………LES ROCKERS from left
Jacques Mercier: Guit cht / Geza Fenzl : Batt / Didier Alexandre : Bss/ Roger Abriol : Guit Rythm / Claude Rosevegue : Orgue
Le répertoire allait évoluer un peu , nous avions une passion commune pour des groupes comme les Moody Blues , les Pretty Things, Les Who, et surtout du Rythme and blues qui commencait à nous arriver aux oreilles , via nos petites copines, les Filles des officiers américains basés encore pour quelques temps en France. Otis Redding, Wilson Pickett, Sam & Dave , Eddie Floyd et surtout James Brown.
Grâce à nos copines, nous avions le privilège de jouer de temps en temps au Centre Americain du Boulevard Raspail ainsi qu'à L"Officer's Club" de la rue Marbeuf lors de Soirêe Jeune, mais surtout, de chanter les vraies paroles américainesde toutes ces chansons , choses rares, le "lavabo" était souvent de rigueur . Ces jeunes filles de nos âges étaient devenues notre fan club perso, et nous suivaient pratiquement à tous les petits concert que l'on donnait sur Paris ou dans sa proche Banlieue. Ce fan Club, nous le partagions avec un groupe concurrent et néanmoins ami "
Les Piteutls" de Colombes et c'est très souvent que nous trouvions ensemble à animer ces soirées . 4 sets par groupe soit : 8 sets de 1/2 heure chaque, entre 14h et minuit . Un vrai régal pour ce faire la main. Les Boeufs et les essais des uns avec les autres allaient bon train. Les Peetles étaient des joyeux déconneurs et nous, on avait qu'une seule envie déconner avec eux.
"Boeuf" Piteuls / Rockers, au Saloon ( Achères) aussi appelé le Piteuls Club

Toujours au Saloon ( Achhère)

Les Rockers
au
Tour Club

Avec le nom de Rockers , nous avions aussi hérité d'une "Mission" : être l'orchestre de Jean-Claude Berthon qui s'essayait à chanter. Un 45trs était déjà sorti enregistré avec les anciens Rockers, contenant "Let's Go" ( l'hyme des Rockers) ainsi que "Dis-Moi", une adaptation du 'Tell me' des Rolling Stones. Il nous incombait aussi d'accompagner tous les candidats voulant participer à un crochet qui se déroulait chaque semaine sur la scène de La Locomotive , le nouveau siège du Club des Rockers et dont le premier prix était l'enregistrement d'un premier 45trs. Nous avons eu le privilège d' y accompagner Michel Ponnareff qui gagna le concours , mais qui reffusa le prix au bénéfice du second : Alan Sheley, venant juste d'enregistrer sa "Poupée qui fait non…".
Nous avons eu aussi l'occasion dans cette formule d'accompagner en cette année 65 Jean-Claude Berthon sur la scène de l'Olympia pour un lever de rideau d'un Musicorama de Tom Jones ( ou jouaientd'ailleurs les Piteuls qui accompagnaient à l'époque la chanteuse Evy ) mais aussi l'oprtunité grâce à jean-Claude Berthon qui voulait produire un 45 trs des Rockers d'enregistrer 4 titres aux mythiques Studio Barclays de l'avanue Hoche
Les Morceaux choisis furent: l'adapt en Français de
People Gotta Go des Moody Blues, Celle aussi de The "In" Crowd de Ramsey Lewis, toujours l'adapt de Bring It On Home To Me des Animals et une version extra speed et dans un anglais tout à fait aproximatif de Good Golly Miss Molly. Ce 45trs, fut juste donné en cadeau aux lecteurs de Disco Revue contre la signature de leur un ré-abonement.
Quelques temps plus tard, Claude notre Organiste, annonça qu'il allait devoir quitter le groupe pour se rebrancher "études" et il nous présenta celui qui lui succéderait : Jacques Verrechia. Avec Jacques, nous avons eu un temps à accompagner le chanteuse Michèle Torr dans une série de "galas" dans le Nord de la France , Olivier Despax pour quelques concerts, Vince Taylor dans une tournée catastrophe à travers la France , mais aussi de faire à l'automne 67 notre premier Olympia en tant que Rockers, en première partie de Chuck Berry. Nous nous étions pour l'occasion adjoint un second chanteur Alain Clouzet ( sans doute l'influence de "Sam & Dave"). Ce fut certainement le point culminant de la fulgurante carrière d'Alain. Après un été de Rockers, passé à squatter l'appartement des Piteuls, loué pour leur hébergement par le patron du Club "La PLaya" a St Raphaël et jouer avec eux tous les soirs par intermitence et jusqu'à plus d'heure, nous avons fait cet Olympia et Alain est retourné à ses études d'opticien .
C'est en cet Hiver 67 que j'ai annoncé aux Rockers, juste après l'achat d'un magnifique Ford transit Rouge que Jacques (seul possesseur du permis de conduire ) pilotait et dont les parents avait signés les traites que, je les quittais, ce qui sonnait bien sûr le glas du groupe, ……je sais, c'est pas joli, joli…
Subjugué par l'ambiance, le travail des voix, l'humour et le délire des gars sur scène, j'allais rejoindre nos concurents et amis ( enfin…) Les Piteuls qui presque aussitôt et sur les conseils de leur directeur artistique Richard Bennett, changeront de nom pour s'appeller Les Jelly Roll… et l'histoire continue…
Jacques Mercier Paris le 02 / 2004

Les Jelly Roll

© Copyright Golfdrouot 2000 tous droits reservés