Les Piteuls par eux-même

Par ce lien le site complet sûr les Piteuls


Les Piteuls 1963 -1967/ 68

Par Jean Pierre Demetri

Pour moi , c'est un des meilleurs moments de ma vie. Les Piteuls, c'est mon premier vrai groupe, un groupe qui faisait de la scène. C'est un honneur que d'avoir été choisi par Serge et Riquet pour succéder à Jacky Guérard le pianiste de leur débuts.

En 1963 , tout a commencé très vite : la MJC de Colombes ou nous habitions tous, les premières répétitions, puis ça s'accélère: un club à Moissy les Mantes tous les week-end, un autre à Achères, le Golf Drouot, la Locomotive à Pigalle, L'eden Ranch à Loison sous Lens, un énorme club dans lequel jouaient les meilleurs groupes Anglais …

Un été dans l'île d Oléron à faire "Les Corsaires" !! Un hiver à Chamonix. L'été suivant encore plus merveilleux : La PLaya de St Raphaël, ou nous croisons David Gilmour, l'hiver à l'Alpe d'Huez.

Et ça s'accélère toujours : Derrière Evy à la Mutualité avant les Kinks, l'Olympia en premère partie des Rolling Stones (mémorable). Les studios , accompagnateurs de Charles Trenet et ensuite de Michel Polnareff, avec un super moment : Le Spectacle de Jean-Louis Barrault et Madeleine Renaud: "Gargantua" dont Michel Polnarreff écrit la musique et que nous enregistrons en studio… j'ai encore le final dans la tête!!!

Mégève l'hiver, Polnarteff était là !!!

Puis pour moi, plus rien… comme si la vie s'arrètait !!

Enfin que d'excellents moments, et, malgré le temps, beaucoup de regrets

Mes complices et amis c'était Serge Koolenn, Richard Dewitte, Henri Séré et Jean-Jacques Kravetz. A ce jour j'en ai retrouvé trois et c'est déjà un bonheur.

Jean Pierre Demetri, Le Cannet le 19 / 01 / 04


Les Piteuls

Par Richard Dewitte

"Olympia 1963" Serge et moi…et quelques centaines d'autres, debout à hurler comme des malades, en découvrant en chair et en os, nos idoles incontestées et incontestables, "Les Beatles", sur la scène de ce music-hall mythique! Comment, après ça resister à l'envie de les imiter en formant un groupe tout aussi mythique ( surtout à Colombes notre fief) baptisé, excusez du peu: "Les Piteuls"!!!

Pour ressembler à nos maîtres, rien n'est négligé: leur répertoire tout d'abord, appris par coeur au cours de répétitions très sérieuses et appliquées, dans le HLM de Riquet Séré, le seul Paul Mc Cartney des Hauts de Seine.

Leur Look ensuite : Costumes "col Mao", bottines anglaises, bagues en ce qui me concerne ( pour faire comme Ringo), leur gestuelle : s'approchant le plus possible des originaux, les instruments : batterie Ludwig, amplis : Vox AC 30, la Rickenbaker de John, La basse Höfner de Paul, enfin tout à l'avenant !!! Et J'avoue qu'on avait plutôt la "Cote" au Golf Drouot, dans les fêtes de grandes écoles, les soîrées privées de la "jet set" de l'époque. Dans tous les clubs qui nous engageaient, nous faisions, il faut bien le dire un tel "tabac", qu'on en parle encore aujourd'hui.

Avec Serge Koolenn, Riquet Séré, Jean Pierre Demetri et J.J. Kravetz, on a vécu des moments tellement magiques à cette époque, qu'on reste "marqués à vie " la preuve…

On est toujours là, à faire de la musique et à en vivre, étonnant ??

Richard Dewitte , Noisy-sur-Ecoles le 05 / 02 / 04


Les Piteuls

Par Riquet Séré

Ca devait être en 1963 où je rencontre à la MJC de Colombes où ils avaient élu presque domicile, Serge Koolenn, Richard Dewitte et Jacky Guérard en préparation d'une soirée cabaret.  Ayant plus d'idées que de sous, ils avaient repéré que je possédais une guitare électrique (Eko), et m'avaient sauté sur le poil pour que je participe à cette sauterie.
Notre prestation sous le nom des "
NEW PEATLES", parodiant le célèbre quatuor a eu un tel succés que nous avons écumé toutes les MJ d'Ile de france sous le nom raccourci et françisé des "PEATLES" puis "PITEULS". Ce nom "Les Piteuls" nous collait à la peau mais impossible de l'utiliser pour un disque.

Nous enregistrâmes pour les disques "Riviera", sous le nom de "Bain dis donc" un 45 trs avec comme titre phare "Marcelle" .
Ceci contribua à nous faire une petite réputation de déconneurs fort justifiée.
Puis , pour Polydor et sous le nom de "
Pierre Paul Jacques", un 45 avec un titre "Renaud la guerre",dont nous avait cadeau de Charles Trenet , que nous accompagnions à l'époque.

Quelques coups fumants notoires à l'instigation de notre directeur artistique Richard Bennett, nous firent enregistrer sous les pseudonymes de "Les Papyvores" et "Buddy Badge Montezuma" de brillants ex-futurs tubes de l'été.
 
Tous ces enregistrements n'étaient rien à coté des kilomètres avalés pour jouer dans tous les coins de France et de Navarre où notre réputation pour nous précéder, ne nous enrichissait pas trop.
Mais qu'avions nous à faire de ce problème? En regard du plaisir à cotoyer une gente féminine prompte à nous sauter dessus, partageant le même amour du rock.

Riquet Séré, Colombes le 19 / 02 / 04


Les Piteuls

Par Serge Koolenn

Colombes Liverpool, même combat.

Automne1963 : Richard Dewitte, à la batterie Jacky Guerrard au piano, ( Paix à son Âme) et Serge Koolenn, meilleur guitariste de son immeuble, créent un groupe de Rock and Roll à la Maison Des Jeunes de Colombes, une soirée "Cabaret" y est organisée .

Quelle ne fût pas leur surprise de voir sur la scène, un guitariste Eurasien d'une beauté sans égale : Henri (Riquet) Séré , il ne leur manquait qu'un bassiste et ce fût lui dans l'instant.

Sans Répéter ces charmants garçons étaient prêts pour inventer :le plus rigolo des groupes de Rock du monde ! Mais comment s'appeler ? Nous avions 5 Rocks et 2 chansons des Beatles au répertoire, à force d'imagination…appelons nous les "Peatles" ! ce fût un triomphe !

1964, Ils remportent "Le Concours de Rock de Radio Luxembourg" (futur RTL)

6 mois plus tard Ils confirment leur succès en remportant le prix du" Meilleur Groupe de Rock and Roll Francais des Maisons de Jeunes" à Courbevoie, ce qui leur permet de faire leur première télévision. Sur leur lancée, ils gagnent un marathon de 6 semaines le concours de Rock de
"
La Locomotive ", présidé par André Pousse . Par le plus grand hasard du monde, ils battent un groupe dans lequel sévissaient déjà : Phil
( Gerard Filipelli) et
Jean Sarrus des futurs "Problèmes" et "Charlots".

Jacky Guerrard va les quitter, il sera remplacé par Jean Pierre Demetri à la guitare . Jamais a cours d'immagination Les Peatles se changent en Peetles, puis en Piteuls .

1965 Au cours d'une télévision sur FR3, ils rencontrent "Charles Trenet "qui, comme il l'a fait toute sa vie, choisit une nouvelle façon d'interpréter ses chansons.

Quel Honneur pour les Piteuls de remplacer Django Reinhardt et Stéphane Grappelli pour réactualiser les oeuvres de ce grand Monsieur . Pour ce faire , ils s'épauleront de Jean-Jacques Kravetz aux claviers. Ils l'accompagneront pendant plusieurs galas et feront la découverte de Richard Bennett, directeur artistique ( ce qui à l'époque était un vrai metier). Richard fût à l'origine des carrières de Nicoletta, Nino Ferrer, Guy Marchand et bien d'autres.

Charles Trenet leur suggère de : Changer de nom et de faire refaire ses dents à Serge, car il les à perdues au cours d'une bataille contre un marin pêcheur de La Cotinière ( Île d'Oléron), qui ignorait que depuis les "Chouans" il existait encore des jeunes gens aux cheveux longs qui chantaient du Rock and Roll.

A l'occasion de cette tournée de 3 mois dans cette île de rêve, ils s'appelleront les "Corsaires"

De retour à Paris, Ils enregistreront chez Riviera sous le nom du " Bain Dis Donc" un titre culte absolument introuvable : "Marcelle", qui les rendra absolument indispensables aux célèbres concours des samedis et Dimanches du "Golf Drouot" dont Tonton Leproux et sa charmante épouse Colette, gardent certainement en mémoire, le souvenir des nombreuses victoires.

ILs rencontrent " Evy " la seule chanteuse de Rock française de l 'époque et feront avec elle : la première partie de "Kinks" ainsi que celle des Rolling Stones à l'Olympia .

1966
ils sont les chouchous, l'hiver du "
St Trop" à l'Alpe D'Huez, l'été de "La Playa " à Fréjus Plage .

1967 par amour, Jean Pierre demetri quitte le groupe ( Sniff, sniff).

A L'époque, les groupes ne se rivalisent pas, ils se respectent et s'aiment… . Ce qui n'empeche pas ces coquins de Piteuls de dévoyer au groupe " Les Rockers" Jacques Mercier, qui les rejoint avec une joie qui n'a d'égale que la haine des autres membres de son groupe

1967
Pour une charmante Allemande dont lui même et nous avons oublié le nom, J.J. Kravetz quitte le groupe. Il est remplacé par Christian Burguière .

1968 A cause de : Richard Bennett, Otis Redding et un texte dythirambique de Riton ( Richard Dewitte): l'adaptation en Francais du Standard " Try A Little Tenderness ", ils enregistrent chez Polydor " Je Travaille à La Caisse" et changent une fois de plus de nom.
Ils s'appellent "
Les Jelly Roll"

Mais ceçi est une autre histoire ……

Serge Koolenn, Chalopin le 21 / 03 / 04

Bientôt …Galerie Piteuls

© Copyright Golfdrouot 2000 tous droits reservés